Non classé

Les risques couverts par une assurance prévoyance

L’assurance prévoyance est une garantie nécessaire pour avancer et pour faire face aux aléas de la vie. Elle n’est pas la même pour tout le monde. La prévoyance pour un enfant n’est pas semblable à la prévoyance pour un adulte. Il en est de même pour les seniors. À cette différence s’ajoute les distinctions entre deux compagnies d’assurance. Avant de signer le contrat, il est nécessaire de comprendre la définition d’une assurance prévoyance. Après seulement, il faut connaître tous les risques qu’elle couvre.

Qu’est-ce qu’une assurance prévoyance ?

La prévoyance sert à compléter le régime obligatoire qu’est la Sécurité sociale. À cet effet, il supporte les découverts financiers laissés au soin de l’assuré. La mutuelle de santé subvient au manque à gagner dans les frais médicaux. La prévoyance aide financièrement l’assuré ou sa famille en cas d’accident.

La prévoyance trouve son utilité dans le cas de baisse ou perte de revenu. L’assurance va compenser les pertes en cas de perte d’emploi ou d’incapacité à travailler.

C’est également le cas lors du décès de l’intéressé. La prévoyance prend en charge les obsèques et toutes les dépenses relatives. De plus, une rente va aller à l’endroit du conjoint. Dans certains cas, la prévoyance  met à disposition des enfants du défunt la rente éducation.

En résumé, la prévoyance sert à protéger les proches en cas d’accident.

Quels sont les risques couverts ?

En cas d’accident ou de maladie, l’assurance prévoyance protège une personne contre quatre risques :

      • Le décès
      • L’invalidité
      • L’incapacité temporaire à travailler
      • La perte d’autonomie

En cas de décès

Le décès est toujours couvert qu’il survienne après une maladie ou suite à un accident. Certains cas peuvent cependant être exclus dans le contrat. Les exclusions doivent toujours figurer dans les clauses du contrat.

Le contrat doit désigner un ou des bénéficiaires. L’assureur est tenu de verser un capital à ce bénéficiaire en cas de décès. Mis à part ce capital, le contrat peut stipuler d’autres prestations facultatives.

Il s’agit de prendre soin des proches du défunt. L’assurance pourvoit le conjoint d’une rente. Mais il peut aussi s’agir d’une rente éducation pour les enfants.

En cas d’invalidité

Cette option entre en vigueur si l’assuré ne peut plus prétendre à un emploi, suite à sa situation de santé. Le contrat fixe un barème qui peut être différent de celui appliqué dans le régime de la Sécurité sociale. Il existe deux types d’invalidité. L’invalidité permanente partielle concerne un assuré encore capable d’exercer une profession. En cas d’incapacité totale à travailler, il s’agit alors d’une invalidité permanente totale.

En cas d’incapacité temporaire de travail (ITT)

Cette une garantie couvre l’assuré en cas d’incapacité totale de faire son travail pendant un temps. Elle entre en vigueur si l’assuré doit suivre une thérapie et ne peut faire son travail pendant le traitement. L’assurance verse à l’assuré une indemnité journalière pour compenser les pertes subies à cause de l’arrêt de travail.

En cas de perte d’autonomie

La perte d’autonomie est un cas d’invalidité d’une grande gravité. C’est le cas si l’assuré se trouve dans l’impossibilité de travailler. Il n’a plus les moyens de s’occuper de quoi que ce soit et a besoin d’aide pour les choses courantes comme s’habiller ou manger. L’assurance doit alors anticiper le capital prévu pour le décès. Les bénéficiaires prévus dans le contrat ne pourront plus en profiter en cas de décès de l’assuré.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *